Sophie Gaulin

La Liberté

Sophie Gaulin head shot

Née à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, Sophie Gaulin a passé une bonne partie de son enfance sur un voilier. Ce mode de vie l’a poussée à voir la planète sans trop de frontières.

Elle s’installe à Winnipeg en 2003. Et prend la direction du journal franco-manitobain La Liberté en 2009. Sa philosophie, »Go Big or Go Home», l’amène à transformer les défis de la presse écrite locale en nouvelles opportunités d’affaires.

Sophie Gaulin aime collaborer avec ses collègues à travers le pays. En 2011, elle a rencontré Margo Goodhand et a conclu une entente avec sa collègue du Winnipeg Free Press, qui aboutira à un article entièrement en français dans le quotidien anglophone. Cet accord se poursuit sous la direction de l’actuel rédacteur en chef Paul Samyn.

Elle a profité du 100e anniversaire de La Liberté pour inviter ses collègues des journaux centenaires canadiens, à Winnipeg pour organiser une conférence sur la transformation de l’industrie.

Sophie Gaulin a été membre du conseil d’administration de News Media Canada pendant plusieurs années, ainsi que du comité exécutif pendant deux ans. Elle a également été juge pendant de nombreuses années aux Concours canadiens de journalisme.

Sophie Gaulin est convaincue de l’importance d’éduquer les jeunes à une consommation fiable de l’information. Elle participe à de nombreuses initiatives visant à éduquer les jeunes dans les écoles, qu’elle appelle des ateliers d’intelligence médiatique.

Depuis le début de la pandémie, elle s’est lancée dans la publication de magazines pour enfants sur la COVID, ce qui lui a ouvert les portes d’un marché international francophone.

Depuis septembre 2022, elle a signé une collaboration avec les Coops de l’Info pour fournir et relayer des informations quotidiennes pour les 8 à 12 ans.

Ces dernières années, elle s’est rendue au Moyen-Orient avec le Directeur de la sécurité et de l’innovation du Globe and Mail afin d’aider certains journaux pour à améliorer leur modèle économique. Elle aime également prêter main-forte à ses collègues canadiens, car elle croit fermement à la nécessité d’une société libre, forte et indépendante.

← Retour à la page du Conseil